Composition

(exprimée par : Ampoule)
PRINCIPES ACTIFSQUANTITE
Lidocaïne chlorhydrate 25.0 mg
EXCIPIENTS
Sodium chlorure
Sodium hydroxyde soluté
Eau pour préparations injectables
Présence de :
Sodium

Indications thérapeutiques

·         Anesthésie locale par infiltration.

·         Anesthésie régionale : caudale, péridurale, plexique, tronculaire.

·         Anesthésie loco-régionale intraveineuse,

·         Infiltrations intra ou péri-articulaires

·         Infiltrations sympathiques.

  • Anesthésie locale par infiltration
  • Anesthésie régionale
  • Anesthésie locorégionale intraveineuse
  • Infiltration intra-articulaire
  • Infiltration péri-articulaire
  • Infiltration sympathique

Contre-indications

Ce médicament NE DOIT JAMAIS être utilisé en cas de :

·         hypersensibilité à la substance active, aux anesthésiques locaux à liaison amide ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition,

·         porphyries,

·         troubles de la conduction auriculo-ventriculaire nécessitant un entraînement électrosystolique permanent ou non encore réalisé,

·         épilepsie non contrôlée par un traitement,

·         contre-indications propres à la technique.

  • Hypersensibilité anesthésiques locaux à liaison amide
  • Porphyrie
  • Troubles de la conduction auriculoventriculaire non appareillés
  • Epilepsie non contrôlée
  • Bloc paracervical en anesthésie obstétricale

Effets indésirables

La survenue d'un effet indésirable doit faire suspecter un surdosage.

Les réactions toxiques, témoin d'un surdosage en anesthésique local, peuvent apparaître dans deux conditions, soit immédiatement par surdosage relatif dû à un passage intraveineux accidentel, soit plus tardivement par surdosage vrai dû à l'utilisation d'une trop grande quantité d'anesthésique.

Les signes de toxicité peuvent être :

sur le plan du système nerveux central : nervosité, agitation, bâillements, tremblements, appréhension, nystagmus, logorrhée, céphalées, nausées, bourdonnements d'oreilles. Ces signes d'appel nécessitent une surveillance attentive pour prévenir une éventuelle aggravation avec : convulsions puis dépression du SNC.

sur le plan respiratoire : tachypnée puis apnée.

sur le plan cardiovasculaire : tachycardie, bradycardie, dépression cardiovasculaire avec hypotension artérielle pouvant aboutir à un collapsus, troubles du rythme (extrasystoles ventriculaires, fibrillation ventriculaire), troubles de la conduction (bloc auriculo- ventriculaire). Ces manifestations cardiaques peuvent aboutir à un arrêt cardiaque.

Devant l'apparition des premières manifestations toxiques, il est recommandé de demander au patient d'hyperventiler.

Les concentrations veineuses auxquelles peuvent apparaître les premiers signes de toxicité neurologique sont de 5,6 mg/ml.

Les signes de toxicité cardiaque sont observés pour des concentrations quatre fois plus élevées (20 mg/ml).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

  • Nervosité
  • Agitation
  • Bâillement
  • Tremblement
  • Appréhension
  • Nystagmus
  • Logorrhée
  • Céphalée
  • Nausée
  • Bourdonnement d'oreille
  • Convulsions
  • Dépression du SNC
  • Tachypnée
  • Apnée
  • Tachycardie
  • Bradycardie
  • Dépression cardiovasculaire
  • Hypotension artérielle
  • Collapsus cardiovasculaire
  • Extrasystole ventriculaire
  • Fibrillation ventriculaire
  • Bloc auriculoventriculaire
  • Arrêt cardiaque

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Ne pas utiliser dans un bloc paracervical en anesthésie obstétricale, en raison du retentissement néo natal (hypertonie -hypoxie).

Il n'y a pas de données fiables de tératogénèse chez l'animal.

En clinique, l'analyse d'un nombre élevé de grossesses exposées n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier de la lidocaïne. Toutefois seules des études épidémiologiques permettraient de vérifier l'absence de risque.

En conséquence, l'utilisation de la lidocaïne ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire, mais peut être prescrite au moment de l'accouchement si besoin.

Allaitement

L'allaitement est possible.

Posologie et mode d'administration

En dehors de l'anesthésie locale par infiltration, la lidocaïne devra être uniquement utilisée par ou sous la responsabilité de médecins expérimentés dans les techniques d'anesthésie loco-régionale.

La forme, la concentration utilisées varient en fonction de l'indication et du but recherché, de l'âge et de l'état pathologique du patient. L'anesthésie obtenue est habituellement fonction de la dose totale administrée. La dose à injecter est fonction de la technique d'anesthésie pour laquelle le produit est utilisé.

Posologie

Chez l'adulte :

En anesthésie locale par infiltration :

La dose maximale à ne pas dépasser est de 200 mg. Pour des doses plus élevées, il est recommandé de recourir aux formes adrénalinées.

En anesthésie régionale (péridurale, caudale, plexique, tronculaire):

La dose maximale à ne pas dépasser est de 400 mg. Pour des doses plus élevées, il est recommandé de recourir aux formes adrénalinées.

Les formes les plus concentrées augmentent l'intensité du bloc moteur.

En obstétrique, pour l'anesthésie péridurale il est recommandé de diminuer les doses de moitié.

En anesthésie loco-régionale intraveineuse:

Ne pas utiliser de concentrations supérieures à 0,5 % et ne pas dépasser la dose totale de 200 mg.

Pour les infiltrations péri et intra-articulaires et les infiltrations sympathiques :

La dose maximale à ne pas dépasser est de 200 mg. Pour les injections intra-vasculaires, les formes adrénalinées sont formellement contre-indiquées.

Population pédiatrique : Chez le nourrisson et le jeune enfant.

Utiliser la plus faible concentration possible d'anesthésique local.

En anesthésie locale par infiltration et régionale (péridurale, caudale, plexique, tronculaire):

Les doses maximales recommandées sont de 2 à 7 mg/kg suivant la technique utilisée.

En anesthésie loco-régionale intraveineuse:

L'anesthésie loco-régionale intraveineuse est contre-indiquée chez l'enfant de moins de 5 ans.

Ne pas utiliser des concentrations supérieures à 0,5 %.

La dose recommandée est de 2,5 mg/kg.

Scannez vos médicaments et gardez un œil sur votre santé !

L'application ScanPharma vous permet de gérer tous les médicaments que vous avez chez vous !

Avec le soutien de

BCB DEXTHER