Thématiques - 

La définition

La syphilis est une sexuellement transmissible non immunisante (un sujet peut l’attraper plusieurs fois dans sa vie) et très contagieuse due à une bactérie, le tréponème pâle. En recrudescence depuis 15 ans en France, elle touche majoritairement les homosexuels masculins (environ 80 % des cas de syphilis, dont près de 50 % de séropositifs pour le VIH).

##Les symptômes Sans traitement, la maladie évolue en 4 étapes :

  • Phase primaire (après une incubation de 3 semaines) : gonflement des ganglions et apparition d’un chancre (ulcère) sur les organes génitaux, l’anus, la bouche ou la gorge. Malgré l’absence de douleur et la régression spontanée du chancre en 3 à 6 semaines, il est important de consulter un médecin pour stopper l’évolution de la maladie et limiter sa transmission.
  • Phase secondaire (les symptômes peuvent apparaître jusqu’à 6 mois après la transmission de la bactérie) : cette phase est caractérisée par des éruptions cutanées (sur les mains, les pieds, la poitrine, le dos...). Ces éruptions ressemblent à des éruptions virales ou allergiques, ce qui rend le diagnostic difficile. Ces lésions cutanées extrêmement contagieuses sont parfois associées à des douleurs musculaires, de la fièvre, de la fatigue ou à des pertes de cheveux. Les symptômes régressent spontanément en l’absence de traitement.
  • Phase latente : caractérisée par l’absence de manifestations cliniques, le sujet reste contagieux au début de la phase (dans les 2 ans qui suivent la contamination).
  • Phase tertiaire (jusqu’à 30 ans après la contamination) : désormais non contagieux, le patient peut présenter des complications sévères cardiaques, ophtalmiques, osseuses, neurologiques... Sans traitement, cette phase est mortelle dans 20 % des cas.
    ##Les causes La contamination se fait par contact direct avec les lésions cutanées (chancre, éruption) Dans 95 % des cas, il s’agit d’une transmission sexuelle (avec ou sans pénétration), avec un risque de transmission de 30 % en cas de relation sexuelle non protégée (vaginale, anale ou orale) avec une personne contaminée. La syphilis peut aussi se transmettre par le sang (transfusion, échange de seringues) ainsi que de la mère à l’enfant (grossesse, accouchement). Le tréponème mâle ne survivant que très peu de temps à l’air libre, la contamination par contact avec le siège de toilette ou par échange de vêtements, par exemple, n’est pas possible. ##Le diagnostic Le diagnostic repose sur l’examen clinique du patient et un examen sérologique (prise de sang). Le dépistage sérologique est obligatoire en cas de grossesse ou de don de sang. Il est conseillé aux personnes ayant plusieurs partenaires sexuels dans l’année de faire le test tous les 6 mois. ##La prévention Il n’existe pas de vaccin contre la syphilis, la seule méthode de prévention efficace est d’éviter d’entrer en contact avec les lésions : utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels, des carrés de latex lors de rapports oraux, du matériel stérile en cas d’injections. En cas de rapport sexuel à risque, consulter un médecin.Le traitement Le traitement repose sur l’injection intramusculaire d’antibiotiques (généralement de la pénicilline).

    Syphilis et VIH
    Les lésions causées par la syphilis augmentent : -Le risque d’être contaminé par le VIH par 5. -Le risque de transmettre le VIH car la charge virale se concentre dans le chancre.