Thématiques - 

Qu’est-ce que c’est

La rhinite allergique est une affection inflammatoire bénigne des voies aériennes supérieures résultant du contact avec un allergène. En France, elle touche plus de 30 % des adultes.

Signes cliniques
  • Les symptômes les plus fréquents sont : écoulement nasal, congestion nasale, yeux irrités et larmoyants, éternuements répétés, picotements au nez. Les plus allergiques peuvent être atteints de troubles du sommeil, d’une perte de l’odorat et du goût et d’urticaire.
  • Contrairement à un rhume d’origine virale qui dure environ une semaine, la rhinite allergique peut durer quelques jours à quelques mois. On parlera de rhinite allergique persistante si elle dure plusieurs mois sur l’année.
Facteurs déclenchants

La rhinite allergique n’est pas contagieuse et se déclenchera si le patient est hypersensible à un allergène particulier.

On distingue 2 types de rhinites allergiques :

  • rhinite saisonnière ou rhume des foins (essentiellement liée au pollen).
  • rhinite perannuelle (essentiellement liée aux allergènes domestiques : acariens, poils d’animaux, moisissures). Il existe des rhinites allergiques dues à des allergies croisées (ex : l’allergie au pollen de bouleau peut être associée à une allergie à la noisette et/ou à la pomme).
Eloigner/éliminer l’allergène
  • Pour prévenir l’allergie aux pollens : porter des lunettes de soleil les jours chauds et ensoleillés, éviter les promenades dans les champs au printemps, éviter de dormir la fenêtre ouverte, brosser ses cheveux avant de se coucher,... Consulter le calendrier pollinique qui renseigne sur le type de pollen concerné.
  • Pour prévenir l’allergie à l’environnement domestique : dépoussiérer et aérer l’intérieur régulièrement, laver les draps et taies d’oreiller à 60 °C, éviter moquettes/tapis, utiliser des housses anti-acariens,...
Traitement
  • En fonction de la sévérité, la thérapeutique comprendra un antihistaminique, un décongestionnant et/ou un corticoïde par voie nasal ou générale de courte durée.
  • Une désensibilisation (par voie sublinguale ou sous-cutanée) pourra être envisagée par votre allergologue si votre allergie est clairement identifiée.