Thématiques - 

Qu’est-ce que c’est

Localisé le plus souvent autour ou en dessous de l’ongle ou sur la pulpe du doigt ou de l’orteil, le panaris est une infection bactérienne de la peau et du tissu sous-cutané. Il apparait 2 à 5 jours après une petite blessure de la peau comme un percement d’ampoule, un arrachage des petites peaux entourant l’ongle (envies) ou une piqûre d’insecte. Cette blessure constitue une porte d’entrée pour la bactérie (le plus souvent un staphylocoque doré) qui va infecter les tissus du doigt.

Les symptômes

Le premier stade, le stade inflammatoire, est caractérisé par un œdème, une rougeur, une sensation de chaleur et une douleur (supportable et qui diminue la nuit) de la zone infectée. En l’absence de traitement, les symptômes inflammatoires s’aggravent, la douleur devient permanente, pulsatile et empêche le patient de dormir. Une poche jaune de pus, une fièvre modérée et des ganglions axillaires peuvent apparaître à ce deuxième stade, dit de l’abcès. Le traitement est alors chirurgical et urgent pour éviter de possibles complications. Sans traitement, l’infection risque de s’étendre aux tendons, aux os et aux articulations et de provoquer des troubles de la mobilité ou de la sensibilité de la main ou du pied.

Les facteurs de risque

Les personnes à risque sont les travailleurs manuels, les diabétiques, les toxicomanes, les alcooliques et les personnes ayant des troubles de l’immunité (traités par corticoïdes, VIH…). Les employés du secteur alimentaire (cuisinier, bouchers …) doivent arrêter de travailler en cas de panaris car ils risquent de contaminer les aliments manipulés et de provoquer des intoxications alimentaires.

La prévention

Eviter au maximum les sources de microtraumatismes des doigts, ne pas se ronger les ongles, désinfecter le matériel de manucure, porter des gants lors des travaux manuels (bricolage ou jardinage notamment) et le cas échéant désinfecter les plaies.

Le traitement

Au stade inflammatoire : lavage et désinfection de la lésion plusieurs fois par jour, bains antiseptiques, protection de la zone infectée avec un pansement, prise d’antalgiques pour diminuer la douleur et d’antibiotiques pour combattre l’infection pour les personnes fragiles. Au stade de l’abcès : le traitement est chirurgical pour enlever les zones nécrosées et purulentes, il peut être associé à une antibiothérapie. Dans tous les cas, il convient de vérifier si le patient est à jour de ses vaccinations antitétaniques et d’injecter un sérum antitétanique si besoin.

Quand consulter

Une consultation est indispensable en cas d’absence d’amélioration après 48 heures, d’apparition de signes de gravité (douleur lancinante empêchant de dormir, fièvre, poche de pus, ganglions sous les aisselles), de facteurs de risque (diabète notamment) ou si la vaccination contre le tétanos n’est pas à jour.