Thématiques - 

##Qu’est-ce que c’est
Le lupus est une maladie auto-immune due à un dérèglement du système immunitaire, qui devient hyperactif. Ce qui entraîne la production d’auto-anticorps qui viennent s’attaquer aux cellules de l’organisme, induisant une inflammation, voire une lésion des tissus ou de certains organes. On distingue 2 grands types de lupus selon les organes atteints : le lupus cutané dit « pur » et le lupus systémique (LS), forme la plus courante, touchant plusieurs parties du corps comme le système nerveux, le coeur, les poumons, les articulations, les reins... C’est pourquoi on l’appelle également lupus érythémateux systémique (LES) ou lupus érythémateux disséminé (LED). Les dernières études épidémiologiques ont permis d’estimer la prévalence du LS à 40 cas pour 100 000 personnes, touchant principalement les femmes adultes (jusqu’à 90%).

##Les facteurs déclenchants On ne connait pas précisément les causes de cette maladie. Elle serait due à une combinaison de facteurs génétiques (seulement 5 à 10% des cas) et environnementaux (rayonnement ultraviolet, tabac, certains virus, certains toxiques ou polluants). De plus, le stress, le surmenage, la grossesse, l’accouchement ou certains médicaments (oestrogènes, anticonvulsivants, bêtabloquants et certains antibiotiques) ont été identifiés comme des facteurs de risque dans la survenue du lupus.

##Les symptômes Le lupus cutané se manifeste par un érythème facial en « aile de papillon » ou « masque de loup ».Le LS touchant plusieurs systèmes du corps, les symptômes varient en fonction de la localisation et des individus. Les manifestations articulaires (arthralgie, arthrite), cutanéo-muqueuses (plaques rouges, aphtes, ulcérations...), rénales (protéinurie, hématurie, leucocyturie...) sont les plus fréquemment observées.

##Evolution de la maladie C’est une maladie chronique non-contagieuse qui évolue par phases de poussées successives alternant avec des phases de rémission plus ou moins longues, pendant lesquelles le patient se porte plus ou moins bien. Les formes cutanées et articulaires sont relativement bénignes. A l’inverse, le LS touche non seulement la peau mais aussi les articulations et d’autres organes. Si le diagnostic n’est pas connu et qu’aucun traitement n’a été établi, la vie peut être mise en jeu en cas d’atteinte d’un organe vital (rein, coeur, cerveau).

##Le traitement Le lupus se traite mais ne se guérit pas. Le traitement consiste à lutter contre l’inflammation et à réduire le risque de complications. Il est adapté à la localisation des organes atteints, ainsi qu’à la sévérité et à l’étendue de la maladie. De grands progrès ont été réalisés en ce sens et ont permis d’améliorer la qualité de vie des malades, de prolonger l’espérance de vie. Pour les formes cutanées, les dermocorticoïdes sont privilégiés alors que pour les atteintes viscérales, de fortes doses de corticoïdes seront prescrites. Dans les formes articulaires, des antiinflammatoires non stéroïdiens à doses modérées seront suffisants. Pour prévenir de nouvelles poussées, un traitement de fond sera mis en place reposant sur la prise d’antipaludéens et/ou de corticoïdes. C’est un traitement à vie qui nécessite une surveillance biologique régulière, notamment le dépistage de l’atteinte rénale par bandelette urinaire et le suivi des auto-anticorps dans le sang. La corticothérapie au long cours nécessite des mesures hygiéno-diététiques : régime alimentaire peu salé, photoprotection appropriée, arrêt du tabac, limitation de tout risque cardiovasculaire et infectieux.

Le LS a des impacts importants sur la vie quotidienne, un soutien psychologique est donc recommandé.