Thématiques - Actualités - Santé

Parfois le secret de la longévité ne se résume qu’à une simple promenade ou à du jardinage. A en croire une étude, quelques heures voire quelques minutes par semaine d’activité physique, aussi modestes soient-elles, diminueraient le risque de décès chez les hommes âgés. Tout le monde sait que le sport c’est bénéfique pour la santé. Et pas besoin d’efforts intenses ou de transpirer dans une salle de fitness pour retrouver une seconde jeunesse. Des chercheurs britanniques ont observé que pratiquer une activité physique, même légère, suffisait à réduire le risque de décès, quelle qu’en soit la cause. L’étude révèle que chaque demi-heure supplémentaire d’activité légère par jour comme jardiner ou promener son chien était associée à une réduction de 17 % du risque de décès. Ce pourcentage grimpe à 33 % pour une demi-heure supplémentaire d’activité modérée à intense. Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs ont suivi pendant plusieurs années près de 1200 septuagénaires et octogénaires qui ne présentaient aucune pathologie cardiaque. Tous ont porté un appareil capable de suivre le volume et l’intensité de l’exercice physique durant une semaine. Les recommandations britanniques actuelles préconisent au moins 150 minutes par semaine d’activité physique modérée à vigoureuse durant des périodes d’au moins 10 minutes. 16 % des sujets ont été capables de se plier à ces séquences d’exercice. Les deux tiers sont parvenus à atteindre cette activité recommandée, mais en bougeant sur des laps de temps inférieurs à 10 minutes. La durée totale du temps passé à faire de l’exercice importait plus que la façon dont le temps d’exercice était réparti. Ainsi, les hommes qui se livraient à de brèves périodes d’activités physiques d’intensité modérée (marcher à vive allure, tondre la pelouse, nager…) avaient autant de chances de prolonger leur vie que ceux qui le faisaient régulièrement plus longuement (dix minutes au plus).

20-02-2018 09:10:38 - Docavenue