Thématiques - Actualités - Santé

A quelques jours de la journée mondiale du diabète qui aura lieu le 14 novembre, une enquête réalisée en France révèle que seulement moins d’un patient diabétique sur deux contrôle son taux de glycémie, et ce malgré une bonne observance des traitements. En matière de connaissance de la maladie, une grande majorité de Français (81 %) savent qu’il existe deux types de diabète. Mais plus de la moitié d’entre eux déclare ne pas savoir faire la différence entre les deux. L’occasion de rappeler que le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang et donc un taux de glucose trop élevé. D’origine génétique, le diabète de type 2 est le plus fréquent. Il apparait généralement entre 40 et 50 ans, mais aussi chez les personnes âgées. Les personnes qui en souffrent sont le plus souvent en surpoids. Le diabète de type 1 apparaît le plus souvent de manière brutale chez l’enfant ou chez le jeune adulte. Il se caractérise par une production insuffisante d’insuline, une hormone produite par le pancréas. Dans la vie de tous les jours, 44 % des malades déclarent ne pas mesurer régulièrement leur taux de glycémie. 67% des patients souhaitent des traitements et dispositifs innovants, et 46% attendent des innovations technologiques pour la mesure de la glycémie. L’étude nous apprend aussi que la majorité des diabétiques interrogés déclarent malgré tout “bien-vivre” leur maladie, avec une note moyenne de 7/10 pour évaluer cette impression. Au travail, si deux diabétiques sur trois ont annoncé leur maladie à leurs collègues et en parlent librement avec eux, 67% des femmes diabétiques de type 1 avouent rencontrer des difficultés dans les relations professionnelles contre 45% des hommes. En constante évolution, le diabète touche aujourd’hui en France plus de trois millions de personnes. La journée mondiale organisée le 14 novembre a pour objectif d’informer et sensibiliser le public sur la prise en charge du diabète et aussi les moyens de le prévenir.

08-11-2017 09:30:18 - Docavenue