Thématiques - Actualités - Santé

Très à la mode pour désodoriser l’intérieur de nos maisons, les huiles essentielles ne seraient pas sans danger pour notre santé d’après une enquête du magazine 60 millions de consommateurs. Dans son dernier numéro du mois de juin, le magazine a passé au banc d’essais 12 aérosols et sprays ainsi que 5 diffuseurs passifs contenant des ingrédients naturels. Le verdict est sans appel. La plupart des produits polluent l’air intérieur et exposent les voies respiratoires et la peau à des molécules allergisantes et irritantes. Selon le magazine, un produit sur deux en spray ou en aérosol est à proscrire. Le limonène, le géraniol et le linalol sont les trois substances parfumantes allergisantes les plus fréquemment retrouvées dans l’échantillon. Seulement voilà, leur présence n’est pas systématiquement affichée sur l’emballage. Certains désodorisants génèrent une pollution loin d’être anodine. Pas moins de neuf des produits testés libèrent des teneurs très élevées en composés volatiles. Des gouttelettes non volatilisées peuvent aussi retomber sur la peau et pénétrer directement dans le sang. Concernant les parfums d’ambiance, le meilleur côtoie le pire explique le mensuel avec des risques allergiques. Cette enquête permet de se faire une idée précise sur les produits qui limitent les risques. 60 millions de consommateurs souhaite un étiquetage obligatoire signalant la présence de substances potentiellement allergisantes pour aider à repérer les produits émettant le moins de composés organiques volatils. Rappelons qu’il est recommandé de ne pas utiliser les huiles essentielles en présence d’enfants de moins de 3 ans et de les tenir éloignées des femmes enceintes.

24-05-2018 10:46:40 - Docavenue