Thématiques - Actualités - Santé

Une nouvelle campagne de vaccination contre la méningite sera lancée le 1er octobre à Dijon et ses environs après la mort d’une personne. Ce n’est pas la première fois que la ville bourguignonne est concernée par une telle mesure. Déjà en 2016, une vaste campagne de vaccination à l’université avait été menée après deux cas mortels. Cette fois-ci la mesure de prévention concerne les jeunes de 17 à 24 ans. Environ 40 000 personnes sont concernées sur plus de 150 communes autour de Dijon. “Suite au foyer épidémique de fin 2016, il n’y a eu aucun cas pendant un an. On a vu réapparaître le méningocoque W en décembre 2017” explique l’Agence régionale de santé. Cinq nouveaux cas se sont ensuite déclarés en six mois dans le département, dont quatre dans la zone ciblée. Deux seulement étaient des étudiants et les autorités sanitaires ciblent désormais tous les jeunes “résidant, travaillant ou étudiant. “Ce n’est pas une nouvelle épidémie. Pour autant, comme c’est exactement la même souche à chaque fois, il a été décidé de lancer cette campagne”. Seuls les étudiants vaccinés en 2017, protégés pour cinq ans, ne sont pas concernés. Après trois cas, dont deux mortels, survenus fin 2016, près de 14.000 personnes avaient été vaccinées début 2017 sur le campus de Dijon, dont plus de 10 000 étudiants. Rappelons que la méningite est généralement due à une infection virale. Elle peut aussi être d’origine bactérienne ou fongique. Les symptômes sont de violents maux de tête, une raideur du cou, une forte fièvre, une intolérance à la lumière ainsi que des nausées ou des vomissements.

27-09-2018 08:43:37 - Docavenue