Thématiques - Actualités - Santé

Saviez-vous que la France figure parmi les mauvais élèves européens avec 32 % de fumeurs réguliers et 24 % de fumeurs quotidiens ? C’est la raison pour laquelle le mois de novembre sera de nouveau l’occasion d’inciter les Français à arrêter de fumer avec la deuxième édition du « mois sans tabac ». Inspirée d’une initiative menée au Royaume-Uni depuis 2012 et baptisée « Stoptober », cette opération a pour objectif d’encourager les fumeurs à tenir un mois sans cigarettes. L’idée est de provoquer le fameux déclic tant attendu pour abandonner définitivement le tabac. De l’autre côté de la manche, l’expérience a démontré qu’arrêter de fumer pendant 30 jours multiplie par cinq les chances d’arrêter définitivement. Au cours de ces cinq dernières années, la Grande-Bretagne a vu le nombre de fumeurs âgé de plus de 15 ans diminuer considérablement. En Angleterre le taux de fumeur est d’environ 18 % contre 24 % aujourd’hui en France, soit 12 millions de fumeurs quotidiens. L’an passé, la campagne « mois sans tabac » pilotée conjointement par l'agence sanitaire Santé publique France et l'Assurance maladie s'était concrétisée par un spot télévisé, la distribution de kits gratuits d'aide à l'arrêt du tabac ou encore le lancement d'une application de coaching pour soutenir les fumeurs dans leur tentative. C'est aussi en novembre qu'aura lieu la première des six hausses prévues du prix du tabac. D’ici à 2020, le prix du paquet de cigarettes atteindra le seuil symbolique de 10 euros. Première cause de mortalité évitable, le tabac tue chaque année en France plus de 75 000 personnes.

09-10-2017 08:04:20 - Docavenue